Traitement
Le matériel

Prendre soin de votre enfant, implique désormais d’anticiper et de s’organiser autour du nouveau traitement et son matériel. Le retour à la maison est parfois source d’éparpillement, le temps que chacun retrouve ses marques et se rassure.

Le rangement du matériel en pratique

Il est important de choisir, avec votre enfant, un système de rangement (par exemple : pochette) pour tout le matériel indispensable pour le diabète.

Cette pochette va suivre votre enfant dans les différents endroits de vie (maison, école, ami, …). C’est une nouvelle habitude à prendre, qui demande parfois un temps d’adaptation pour ne pas l’oublier. Remplie avec l’aide de votre enfant, en fonction de son âge et de son implication, elle est gage de sécurité et de sérénité pour tous. Faire participer l’enfant dès le début l’aide à prendre de bonnes habitudes, qu’il s’appropriera dans le temps.

Avoir son matériel et son traitement avec soi, permet de faire face rapidement aux situations, par exemple, lors d’une hypoglycémie, en faisant une glycémie et en se resucrant si besoin… tout cela sans avoir à chercher longtemps le matériel.

Les indispensables à prévoir dans la pochette de votre enfant

  • Le lecteur de glycémie, ses bandelettes, l’autopiqueur et les lancettes ;
  • Plusieurs resucrages (morceaux de sucres ou équivalents) ;
  • Le ou les stylos à insuline et des aiguilles ou des seringues, une petite boîte « poubelle » .

Et si nécessaire :

  • Le protocole de correction des doses d’insuline ;
  • Des numéros de téléphone utiles, c'est-à‐dire le vôtre, et si besoin le numéro de l’hôpital (pédiatre‐diabétologue, infirmière, urgences),…
  • La carte de diabétique.

NB : Le glucagon, le kit de changement de cathéter, le réservoir de la pompe, la réserve d’insuline, sont laissés en réserve dans un endroit connu de la maison, de l’école,…

Qui est responsable du sac ? Qui le remplit ?

Quel que soit l’âge de votre enfant, votre rôle est de veiller à sa sécurité, avec lui, en vous assurant ensemble, qu’il a bien avec lui du sucre ou un équivalent et son lecteur, et progressivement en l’accompagnant à devenir responsable de son matériel.

Dès le retour à la maison, le fait d’associer votre enfant au remplissage et à la vérification de son sac permet de lui apprendre, petit à petit, à le faire par lui-même. Même très jeune, à l’âge de la maternelle, l’enfant peut y participer.

Pour le traitement de l’hypoglycémie, il est important d’habituer votre enfant à avoir du sucre sur lui. Il existe des petites boîtes à cet effet : il peut alors en prendre rapidement quand il ressent une hypoglycémie, et être ainsi plus tranquille.

Témoignage d’Eliott, 7 ans, au retour d’une première permission (sortie de l’hôpital pendant quelques heures) : « J’ai mon sucre dans ma poche, c’est le plus important ! »

Quel que soit l’âge de votre enfant, il est toujours utile d’avoir aussi sur vous, dans votre sac et par exemple en réserve dans la voiture, du sucre ou un équivalent afin de pallier à un oubli.

Le matériel au quotidien

Conservation de l’insuline

L’insuline rapide est transparente et doit le rester, tout comme certaines insulines lentes. La NPH et les insulines pré-mélangées ont, quant à elles, un aspect laiteux. Vous pouvez vous référer à la notice d’utilisation de votre ou vos insulines.

Les réserves d’insuline doivent être conservées au réfrigérateur (2 °C à 8 °C) jusqu’au moment de leur utilisation. Vérifiez l’endroit précis dans le réfrigérateur afin de vous assurer que l’insuline ne gèle pas. Une insuline exposée au gel ou à une température élevée n’est plus efficace et entraîne une hyperglycémie.

Une fois sortie du réfrigérateur, l’insuline (flacon ou stylo ou cartouche) se conserve à température ambiante entre 18 °C et 25 °C. La durée de conservation dépend de l’insuline que vous utilisez. Vous trouverez cette information dans la notice d’utilisation de l’insuline.

En cas de fortes chaleurs

  • Les stylos peuvent être placés dans une pochette isotherme trouvée en pharmacie, ou laissés au frigo. Pensez à la glacière pour le transport ;
  • Sous pompe, il est conseillé de changer le réservoir plus souvent.

En cas de grand froid, au ski par exemple

  • Placer le stylo à insuline dans la doudoune ou dans un sac isolant.

Pour les voyages en avion

Ne pas mettre le traitement dans les valises qui vont en soute (à cause du gel), les garder avec soi, en cabine, dans un bagage à main. Munissez‐vous de l’ordonnance et de la carte patient diabétique qui pourront vous être demandées avant d’embarquer.

À l’école

Il est conseillé de laisser un stylo à insuline et quelques aiguilles dans le frigo à l’infirmerie, ou dans le frigo dédié si l’école n’a pas d’infirmerie : ceci est spécifié dans le PAI (Projet d’Accueil Individualisé).

Date de péremption

Une insuline périmée en date doit être jetée. Pour éviter le gaspillage, pensez à vérifier régulièrement les dates et à utiliser les doses dans le mois précédent la date de péremption.

Une fois sortie, si de faibles doses sont utilisées, il est utile de placer une étiquette adhésive sur le stylo, cartouche ou flacon, indiquant la date maximale d’utilisation, ou de prendre l’habitude de changer le stylo, la cartouche ou le flacon tous les débuts de mois par exemple.

Conservation du glucagon

Après reconstitution, le conditionnement primaire scellé doit être mis à l’abri de la lumière et conservé au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C) jusqu’à la date de péremption inscrite sur le kit. Il ne doit pas être congelé, afin d'éviter d'endommager le produit.

Il peut aussi être conservé en dehors du réfrigérateur à une température ambiante, inférieure à 25 °C pendant 18 mois.

En cas de grands froids

Aux sports d’hiver, placer le glucagon dans un sac isolant du froid.

En cas de fortes chaleurs

Conserver le glucagon au frais, comme l’insuline.

En avion

Garder le glucagon, en cabine dans un bagage à main. Munissez-vous de l’ordonnance qui pourra vous être demandée avant d’embarquer.

Quelles quantités ?

L’ordonnance du traitement et du matériel est, en général, faite pour trois ou six mois et renouvelable tous les mois. Il est ainsi possible de prévoir son traitement à l’avance.

À l’école, une réserve de sucres rapides ou « équivalents » peut être donnée aux enseignants en primaire, afin qu’ils ne soient pas à court, en cas d’oubli.

Au collège, lors du PAI, une réserve peut également être donnée à l’infirmière ou à la vie scolaire.

Dans le cadre d’une activité sportive, le sac de sport de votre enfant doit contenir le sucre nécessaire et la ou les collations.

Les pannes et les ruptures de matériel

  • Si le lecteur de glycémie indique un message d’erreur, se référer, dans un premier temps, au mode d’emploi indiquant les principaux messages afin de comprendre l’origine du problème et le résoudre.

    Un numéro vert existe également. Il est noté sur les paquets de bandelettes : il s’agit le plus souvent d’un numéro gratuit, 7j/7 ; un interlocuteur essaiera de résoudre le problème à distance.

    Afin de pallier à ce genre d’incidents, il est utile de bien lire la notice explicative du lecteur pour en connaître le bon fonctionnement, ainsi que les limites (température, froid, chaleur).

    En cas de vol, de perte, ne restez pas sans le matériel nécessaire (lecteur, bandelettes, autopiqueur et insuline) : contactez votre pharmacien habituel ou votre centre hospitalier.
    Il est d’usage d’avoir deux lecteurs. En effet, les textes légaux prévoient depuis 2012, que 2 lecteurs soient remboursés pour l’enfant et l’adolescent, tous les 4 ans, ce qui permet d’avoir un lecteur de « dépannage » (1).

  • En cas de problème avec la pompe de votre enfant, contactez votre prestataire de pompe.

  • En cas de ruptures de l’insuline en pharmacie, votre pharmacien peut contacter directement le laboratoire. Le numéro vert se trouve sur la boîte de votre insuline.

Élimination des déchets

Vous devez éliminer, tout Déchet d’Activité de Soins à Risque Infectieux (DASRI), c'est‐à‐dire tout déchet piquant ou à risque infectieux (aiguilles, lancettes, bandelettes) dans votre collecteur (boîte jaune délivrée gratuitement par la pharmacie).

Les collecteurs pleins ne doivent pas être éliminés comme des ordures ménagères classiques et jetés à la poubelle. Les points de collectes sont déterminés région par région et référencés sur le site internet de l’association DASTRI (2).

Le petit matériel non piquant, comme les cartouches, flacons et stylos vides sont à jeter dans la poubelle ménagère.

(1) Site Ameli : http://www.ameli.fr/assures/soins-et-remboursements/combien-serez-vous-rembourse/bandelettes-d-autosurveillance-glycemique.php
(2) Site DASTRI : http://www.dastri.fr/

Notez cet article

ABCDiabète