L'hypoglycémie

Définition

L’hypoglycémie est définie par une glycémie plus basse que la normale, généralement inférieure à 0,60 g/l (inférieure à 60 mg/dl). De façon prudente, on peut considérer une hypoglycémie si la valeur est en dessous de 0,70 g/l (inférieure à 70 mg/dl). Votre médecin définira le seuil d’hypoglycémie pour votre enfant.

Causes possibles de l’hypoglycémie

3 raisons principales :

  1. Pas assez de glucides au repas précédent (votre enfant a moins mangé que prévu, ou a vomi, ou encore le calcul des glucides a pu être sous-estimé) ;
  2. Activité physique non prévue ou plus intense que d’habitude (la dose d’insuline n’a pas été suffisamment diminuée au vu de la dépense énergétique) ;
  3. Trop d’insuline : la dose a été trop importante.

Symptômes/Signes de l’hypoglycémie

Ils sont variables selon les enfants, mais assez reproductibles pour un même enfant. Ils peuvent être ressentis et exprimés par l’enfant (selon l’âge) et/ou observés par l’adulte.

Sueurs, pâleurs, agitation, tremblements, difficultés à se concentrer, fatigue, troubles de la vision, sensation de corps mou, maux de tête, fourmillements, difficultés à parler, faim, autres comportements inhabituels (par exemple, l’agressivité).

Il est possible qu’il n’y ait pas de symptôme mais l’hypoglycémie doit être traitée de la même façon, qu’il y ait ou pas présence de symptômes. Les signes sont plus intenses si la glycémie chute rapidement.

Le critère d’urgence est celui où l’enfant est dans l’incapacité de manger du sucre, tout seul ou avec de l’aide, s’il existe une agitation importante, des troubles du comportement ou une perte de connaissance avec ou sans convulsions. Il a alors besoin de l’aide de l’entourage pour prendre du sucre ou un équivalent ou l’injection de glucagon.

« Repères des compétences attendues en fonction de l’âge de l’enfant ».

Que faire en cas d’hypoglycémie ?

(Enfants sous multi-injections ou sous pompe à insuline)

Mettre l’enfant au repos et lui donner du sucre rapide pour faire rapidement remonter la glycémie dans les valeurs normales.
Au besoin, donner une collation, après la prise de sucre, si le repas n’est pas prévu dans l’heure qui suit, et notamment au coucher ou dans la nuit, afin de maintenir une glycémie correcte jusqu’au prochain repas.

La quantité de glucides rapides prise lors de l’hypoglycémie, est adaptée à chaque enfant en fonction de son poids :

  • Environ 1 sucre (= 1 carré n° 4 = 5 g de glucides rapides) pour 20 kg de poids ;
  • 2 sucres pour 40 kg de poids ;
  • 3 sucres pour 60 kg de poids.
  • À quel endroit ?
  • Comment sont organisés les repas ?
  • Qui gère les situations d'urgences ( hypo- ou hyperglycémie ) et comment ?

Comment choisir les glucides à consommer lors des hypoglycémies ?

Les critères de choix portent sur des aliments efficaces, agissant rapidement, pratiques à transporter avec une valeur glucidique facile à déterminer et un goût apprécié, pour éviter les erreurs et avoir la meilleure acceptation de prise possible lors du malaise.

Le sucre est l’aliment le plus rapide, efficace, précis et pratique pour faire remonter rapidement la glycémie. Le sucre peut être croqué tel quel, humidifié avec de l’eau ou complètement dissous dans un verre d’eau. Une lassitude peut parfois s’installer et le recours à des équivalences est possible.

Un sucre peut être remplacé par :

  • 50 ml de jus de fruit (orange, pomme, multifruits) ;
  • 50 ml de soda sucré ;
  • 8 ml de sirop (1 cuillère à café diluée dans de l’eau) ;
  • 10 g de miel ou confiture (environ une demi-cuillère à café) ;
  • 5 g de lait concentré sucré (environ une cuillère à café) ;
  • 8 ml de sirop d’érable, d’agave (environ une cuillère à café).

Attention aux boissons light, elles ne contiennent pas de glucides et ne peuvent donc pas faire monter la glycémie.

Mon enfant peut-il traiter une hypoglycémie avec des bonbons ?
La prise de sucre rapide en morceaux est la plus adaptée, car la plus rapide, précise, facile à prendre, et par ailleurs, il y a moins de risque de « Gourmandise » en augmentant la prise. Pour un enfant, il est souvent difficile de ne manger qu’un seul bonbon de la boîte.

Faut-il faire une glycémie après une hypoglycémie ?

  • La disparition des signes cliniques marque le retour à une glycémie correcte : il n’est donc pas nécessaire d’effectuer un autre contrôle dans la plupart des cas, sinon pour apprécier la rapidité de la correction et si la quantité a été suffisante.
  • Si les signes n’ont pas disparu, refaire une glycémie et si besoin manger de nouveau du sucre si la glycémie reste basse, en dessous du seuil défini par votre médecin.

Toute hypoglycémie doit être notée dans le carnet de suivi.
Il est utile de rechercher la cause de l’hypoglycémie pour éviter qu’elle ne se reproduise.

Hypoglycémie survenant la nuit

La nuit, la glycémie reste le plus souvent stable.

Le contrôle de la glycémie au coucher est important pour prévenir une hypoglycémie nocturne.

Pour l’enfant jeune, avant l’adolescence, il est adapté de prévenir le risque d’hypoglycémie par un resucrage ou une collation, si la glycémie est trop basse au coucher (seuil à définir par le médecin).

Le plus souvent, l’hypoglycémie réveille l’enfant ou alors le corps pallie à la chute de glycémie en sécrétant des hormones hyperglycémiantes mobilisant les réserves en sucre de l’organisme. Dans ces situations, une glycémie élevée peut être observée le matin à jeun, parfois associée à des maux de tête.

Est‐ce grave ?

L’hypoglycémie est un malaise qu’il ne faut pas négliger.

  • Son traitement est simple mais urgent. La mise au repos et la prise de sucre ou d’équivalent ne peuvent pas attendre la fin d’une activité intellectuelle, sportive ou la fin d’un cours par exemple.
  • Non traité, le malaise peut s’aggraver et des troubles de la conscience, voir un coma hypoglycémique, peuvent survenir. La prise de sucre ou resucrage par la bouche n’est alors plus possible. Il s’agit d’une urgence qui nécessite d’injecter, sans attendre, à votre enfant, du GLUCAGON.

Le glucagon

Qu’est‐ce que le glucagon ?

Le glucagon est une hormone naturelle normalement secrétée par le pancréas, qui va libérer dans le sang le sucre stocké dans le foie et les muscles : c’est une hormone hyperglycémiante.

Le glucagon, sous forme de médicament injectable, est très efficace car il permet de remonter la glycémie à un taux normal en 10 à 15 minutes.

Quelle dose injecter (1) ?

  • Injecter ½ ampoule reconstituée si votre enfant pèse moins de 25 kg ;
  • Injecter 1 ampoule reconstituée si votre enfant pèse plus de 25 kg.

Comment faire l’injection ?

IL N’ Y A AUCUN RISQUE À FAIRE L’INJECTION

  1. Allonger votre enfant sur le côté et rester près de lui ;
  2. Faire si possible une glycémie, si vous avez le temps de la faire. Vous pourrez également la faire après l’injection de glucagon ;
  3. Injecter le glucagon en sous‐cutané ou en intramusculaire aux endroits habituels des injections d’insuline : les bras, les cuisses, l’endroit le plus accessible pour vous ;
  4. Prévenir le 15 (SAMU) et dire que l’enfant a un diabète ;
  5. Votre enfant doit reprendre conscience au bout de 10 à 15 mn. Il faut alors lui donner un produit sucré, par petites quantités en privilégiant des sucres faciles à avaler, du type sucre en poudre, miel, …
  6. Surveiller votre enfant et refaire une glycémie ;
  7. Le médecin du SAMU, vous dira si votre enfant doit être admis ou non aux urgences.

Il est important de noter le malaise sur le carnet et d’en discuter dès que possible avec votre diabétologue pour comprendre au mieux les causes de ce malaise afin d’éviter qu’il ne se reproduise.

Comment conserver le glucagon ?

Le glucagon se conserve dans sa boîte, au frigo entre 2 °C et 8 °C pendant 3 ans.
(Respecter la date de péremption).

Il peut être conservé à température ambiante, à moins de 25 °C, pendant 18 mois.
Il est, par exemple, conseillé de remettre en septembre, à l’école, un nouveau glucagon pour toute l’année scolaire.

Attention, pensez à conserver le produit dans une pochette isotherme en cas de grand froid (ski) ou de fortes chaleurs (plage, voyage, …).

Quand prendre le glucagon avec soi ?

Le glucagon doit être confié à toute personne en charge de votre enfant : crèche, écoles, activités sportives, centres de loisirs, famille, amis.

Il est vivement conseillé de le prendre avec soi lors de nuits ou de journées hors de la maison, week‐end ou vacances, lors d’activités sportives intenses, de randonnées, …

(1) Référence document AJD.

 

Notez cet article

ABCDiabète