LE SPORT (Activité & loisir)
CONTRÔLE ET ADAPTATION

La reprise des activités sportives doit-elle être progressive ?

L’activité sportive, à l’école, en famille et en club est recommandée pour tous et en particulier pour votre enfant qui a un diabète, mais doit-on reprendre tout de suite ?

Il est d’abord important de vous organiser pour la vie quotidienne habituelle à la maison et à l’école, avant que votre enfant ne reprenne progressivement une activité sportive, notamment s’il s’agit d’une activité plus intensive en club.

En effet, il est souvent fréquent d’avoir à adapter rapidement les doses d’insuline : on observe le plus souvent une diminution du besoin en insuline lors des premiers jours après la sortie de l’hôpital, due à la « lune de miel » (sécrétion résiduelle d’insuline par le pancréas), et également lors de la reprise de l’activité physique habituelle (pas encore sportive), due au fait que l’on bouge plus à la maison qu’à l’hôpital !

Certaines familles préfèrent choisir d’attendre quelques jours avant la reprise du sport à l’école, d’autres de permettre à l’enfant de recommencer le sport en même temps que l’école, et d’attendre quelques jours supplémentaires pour reprendre les entraînements en club.
La pratique du sport est possible. Chacun adaptera le moment de la reprise. Liens utiles

Quelle adaptation prévoir ? Que dire au professeur de sport ? Ou à l’association sportive ?

Il est important d’en avoir discuté auparavant :

  • D’une part, avec l’équipe soignante pour prévoir les glycémies à réaliser et/ou les ajustements de doses d’insuline et/ou de l’alimentation ;
  • Et d’autre part, avec l’enseignant ou l’éducateur sportif qui sera présent lors de l’activité.

Les consignes à transmettre concernent essentiellement les hypoglycémies, leur prévention et leur traitement, de la même façon que cela est écrit dans le PAI (Projet d’Accueil Individualisé) par exemple.

Quelles adaptations de traitement ou de l’alimentation sont à prévoir ?

Des adaptations sont le plus souvent proposées par l’équipe soignante pour éviter les hypoglycémies lors du sport ou après le sport : elles servent à anticiper et favoriser le bon déroulement de l’activité, pour permettre à votre enfant et à son entourage de prendre confiance lors de cette « reprise du sport avec le diabète ». Les précautions habituelles sont les suivantes :

  • Diminuer la dose d’insuline qui couvre la période de l’activité sportive, et parfois la dose d’insuline qui suit l’activité. La diminution d’insuline est généralement de 10 à 20 % de la dose selon l’intensité de l’exercice, au moins comme conseil initial, et sera ultérieurement adaptée à votre enfant (1, 2) ;
  • Faire la glycémie avant de commencer et éventuellement plus souvent que d’habitude pour réadapter si nécessaire ;
  • Adapter l’alimentation (si besoin prévoir une collation avant et/ou pendant le sport) ;
  • Avoir toujours du sucre sur soi et une ou plusieurs collations.

Les précautions à prendre sont différentes en fonction de l’âge de l’enfant et du sport pratiqué.

Il est important de prévoir précisément ces ajustements avec l’équipe soignante pour les premiers temps, puis peu à peu votre enfant et vous‐mêmes ferez votre propre expérience et apprendrez, en fonction de ses propres réactions, à faire les ajustements nécessaires. Vous pourrez alors en discuter avec l’équipe soignante lors de la prochaine consultation.

En cas de sport imprévu, vous pouvez toujours ajouter une collation juste avant l’activité en fonction de la glycémie, en surveillant la glycémie régulièrement.

À l’opposé, en cas de sport annulé, alors que votre enfant a adapté son traitement, et/ou son alimentation, il va falloir contrôler de façon répétée les glycémies afin de contrer des éventuelles hyperglycémies par l'injection de bolus d'insuline rapide.

Faire du sport de manière intensive ? Suivre une scolarité sport‐étude ? Liens utiles

Il est tout à fait possible de faire du sport de façon intensive et également de poursuivre ou prévoir d’intégrer une classe « sport‐étude ».

Un certain nombre de grands sportifs ont un diabète, et cela n’a empêché ni leurs études, ni les réussites en compétition !

Au contraire, le diabète permet un apprentissage et une connaissance de soi‐même et de sa santé qui favorise l’équilibre et la confiance en soi !

Et pour la pompe ?

Concernant la pompe, il est plus adapté de la déconnecter pour certains sports (bien sûr, la piscine, mais aussi probablement le rugby, les sports de contact de façon générale, …) : il est important de l’évoquer précisément avec l’équipe soignante pour décider ensemble, pour les premières fois.

Réfléchir à quel endroit (propre, en sécurité) poser la pompe le temps du sport : par exemple dans une compresse, une petite boîte, au vestiaire, dans le sac, …

La déconnection de moins de 2 heures ne pose, le plus souvent, pas de problème lors du sport, et il est rare que l’activité dépasse ce délai.

En cas de compétition, il est possible de déconnecter la pompe pour un match, puis la rebrancher à la pause à l’occasion d’un bolus et d’un goûter, puis à nouveau de la déconnecter pour le match suivant…

Quelles variations de glycémie avec le sport ?

Le plus souvent l’activité sportive fait baisser la glycémie, mais dans certains cas, elle peut faire monter la glycémie : par le stress (et la poussée d’adrénaline), par exemple le temps d’une compétition ou d’une activité sportive rapidement intense et de courte durée. Mais, même dans le cas où la glycémie a augmenté, elle risque de baisser spontanément dans les heures suivantes.

En cas d’hyperglycémie élevée, supérieure à 2,5 g/l (250 mg/dl), avant le sport, il est indispensable de rechercher la présence d’acétone. En effet, l’exercice aggrave alors l’hyperglycémie et la fabrication d’acétone. Il faut donc, avant de commencer le sport, la faire disparaître ou du moins la diminuer, en ajoutant un supplément d’insuline rapide.  Liens utiles

Attention : ne jamais faire de sport à jeun, et sans contrôler sa glycémie !

La pratique de la natation nécessite un accompagnement permanent.
Certains sports extrêmes comme la plongée, ne sont pas recommandés en dehors d’un accompagnement très spécifique.

Vous avez aimez cet article? Donnez nous votre avis en remplissant ce questionnaire de satisfaction.

(1) Recommandations de l’ALFEDIAM ACTIVITE PHYSIQUE ET DIABETE 1998.
(2) Exercise and Sport in Diabetes, 2nd Ed, Part 7 : Adjusting Insulin Dosing for Physical Activity (2.9 Insulin Dose Adjustment).

 

Notez cet article

ABCDiabète